Les citoyens britanniques ne veulent pas d’un « Brexit permanent » avec l’UE

Un rapport du Conseil européen des relations étrangères indique que davantage de personnes considèrent l’Union européenne comme un partenaire clé que les États-Unis.

Le public britannique ne partage pas l’appétit du gouvernement pour les conflits perpétuels avec l’UE et plus de personnes voient le bloc comme un futur partenaire clé que les États-Unis, selon un rapport sur la politique étrangère post-Brexit.

Boris Jhonson et le BREXIT

« Le gouvernement Johnson semble avoir besoin des combats perpétuels d’un Brexit permanent », indique le rapport du thinktank European Council on Foreign Relations (ECFR), qui prévient que son approche « érode la capacité du Royaume-Uni à coopérer avec l’UE ».

Dans le même temps, le rapport indique que « le public britannique n’éprouve pas d’animosité particulière à l’égard de l’UE » et que, même s’il « apprécie la souveraineté et l’indépendance du Royaume-Uni, il soutiendrait une politique étrangère qui coopère avec l’Union ».

Le sondage réalisé pour le rapport a révélé que les gens étaient divisés de manière égale sur la question de savoir qui était le plus à blâmer pour l’état désastreux actuel des relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, 39 % d’entre eux blâmant la Grande-Bretagne et 38 % déclarant qu’ils considéraient l’Union européenne comme responsable.

Comme on pouvait s’y attendre, le clivage est partisan : 70 % des électeurs conservateurs accusent l’UE et 66 % des électeurs travaillistes accusent le Royaume-Uni. Il est toutefois plus marqué chez les personnes qui s’intéressent de près à la politique : la plupart des gens sont moins préoccupés. Quel que soit le responsable, 39 % du public – une majorité de ceux qui ont une opinion – considèrent l’UE comme un partenaire clé pour le Royaume-Uni à l’avenir, contre 22 % pour les États-Unis.

L’enquête a également révélé que le manque d’enthousiasme pour les États-Unis s’étendait au fait de les suivre dans tout conflit avec la Chine, 54 % estimant qu’il existe déjà une guerre froide entre les deux pays et 45 % préférant que le Royaume-Uni reste neutre en cas de guerre.

Plus largement, la vision du gouvernement britannique pour une « Grande-Bretagne globale » vise à « restaurer la grandeur britannique en tant que nation commerçante maritime », selon le rapport – mais les preuves montrent qu’elle n’est guère plus qu' »une illusion enracinée dans un passé impérial mal remémoré ».

L’armée britannique, « malgré ses grandes traditions, n’offre plus au Royaume-Uni l’avantage relatif qu’elle lui procurait autrefois », ont déclaré les auteurs, Nick Witney et Jeremy Shapiro. Les sondages ont montré que le public était « au mieux indifférent à la restauration de la Grande-Bretagne en tant que puissance militaire mondiale ».

Plus de militaire

L’enquête de l’ECFR a révélé que seulement 6 % des personnes interrogées étaient favorables à une politique étrangère britannique donnant la priorité à la puissance militaire du pays, tandis que 40 % ont déclaré souhaiter que la politique étrangère se concentre principalement sur le renforcement de l’économie nationale.

« La fierté du gouvernement de voir les forces navales britanniques s’élancer dans l’océan Pacifique ne semble pas inspirer le public », ont déclaré les auteurs.

Plutôt que de regarder vers le passé – et à travers le monde vers « un lointain Indo-Pacifique » – le Royaume-Uni devrait « s’appuyer sur sa position privilégiée dans les institutions internationales, son corps diplomatique de classe mondiale, et un effort prudent pour nourrir son soft power encore considérable », ont-ils soutenu.

Ils ont déclaré que le Royaume-Uni pourrait « obtenir la prospérité et le respect qu’il recherche en … travaillant avec une variété de partenaires », en « triangulant » efficacement entre les positions de l’UE et des États-Unis.

Couper avec l’UE

Au lieu de cela, cependant, la Grande-Bretagne « n’a guère de rôle à jouer pour l’UE » et même après le Brexit officiel, le gouvernement de Boris Johnson « semble avoir besoin d’éternels combats avec l’UE pour justifier son existence politique ». L’année écoulée a été marquée par des batailles permanentes entre le Royaume-Uni et l’UE sur de multiples sujets, dont les licences de pêche et le protocole d’Irlande du Nord.

Mais l’idéologie du « Brexit permanent (…) ne peut pas suspendre les lois de la distance et de la stratégie », ont-ils fait valoir. Face à « la concurrence géopolitique croissante, les avancées autoritaires et la coercition géoéconomique, l’UE reste le partenaire essentiel de la Grande-Bretagne ».

Il est « illusoire » de croire à « de vastes opportunités commerciales inexploitées à l’autre bout du monde qui peuvent compenser la perte du marché unique européen », selon le rapport, et « dangereux de fermer les yeux sur ce que la Grande-Bretagne pourrait gagner en influence mondiale en coopérant avec l’UE ».

Un partenariat stratégique étroit avec l’UE permettrait au Royaume-Uni « à la fois de protéger sa souveraineté et de devenir une force dans les affaires mondiales », selon le rapport, et pourrait bénéficier d’un soutien politique au Royaume-Uni « malgré le tambourinage quotidien du gouvernement Johnson contre l’UE ».

La Grande-Bretagne dispose encore « d’atouts extraordinaires et peut se doter d’une politique étrangère efficace », selon les auteurs. « Pour ce faire, elle doit se concentrer sur les forces britanniques, éviter les aventures militaires dans des pays lointains et trouver des relations de travail équilibrées et efficaces… avec l’UE et les États-Unis. »

Previous post Afghanistan : crise et peur dans la population
Next post Le rédacteur en chef du tabloïd d’État chinois Global Times prend sa retraite.
%d blogueurs aiment cette page :