Le rédacteur en chef du tabloïd d’État chinois Global Times prend sa retraite.

Hu Xijin est devenu une voix majeure du nationalisme virulent avec des millions d’adeptes sur les médias sociaux.

Le rédacteur en chef controversé d’un tabloïd d’État chinois, qui est devenu l’un des principaux critiques de la politique chinoise de l’Occident et qui s’est imposé au cours de la dernière décennie comme l’un des principaux porte-parole d’un nationalisme exacerbé, a annoncé sa retraite.

Un départ à la retraite

Hu Xijin, qui se décrit lui-même comme un ancien manifestant pro-démocratie devenu un rédacteur en chef au franc-parler, a contribué à inaugurer une nouvelle ère de nationalisme effronté et affirmé depuis qu’il a pris la tête du tabloïd Global Times en 2005.

Dans un message publié jeudi sur les réseaux sociaux, M. Hu a annoncé qu’il quittait son poste de rédacteur en chef du Global Times, qui appartient au Quotidien du peuple, le journal phare du parti communiste au pouvoir. Il a précisé qu’il continuerait à être un commentateur spécial pour le journal.

L’homme de 62 ans a écrit à ses 24 millions de followers sur Weibo qu’il était « temps de prendre sa retraite ». « Je continuerai (…) à faire tout ce que je peux pour le travail d’information et d’opinion publique du parti [communiste] », a-t-il déclaré.

M. Hu a régulièrement suscité la controverse par ses tweets incendiaires et ses chroniques stridentes, en Chine et à l’étranger. L’année dernière, il a comparé l’Australie à un « chewing-gum collé sur la semelle des chaussures de la Chine » après que Canberra s’est jointe à l’appel de Washington en faveur d’une enquête sur les origines de Covid, et il a traité le Royaume-Uni de « chienne demandant à être battue » après que des navires de guerre britanniques ont navigué dans des eaux contestées l’été dernier.

En plus d’attirer des dizaines de millions de lecteurs en Chine, Hu a établi une présence importante sur les médias sociaux internationaux sur Twitter – qui est bloqué en Chine – avec plus de 460 000 adeptes, ce qui fait de lui l’une des voix pro-étatiques les plus importantes sur les médias sociaux occidentaux.

Cette semaine, dans une réponse sur Twitter au sénateur américain de l’Arkansas Tom Cotton, qui a critiqué la Chine pour avoir « trahi » la confiance de l’Amérique, Hu a répondu : « J’aime particulièrement voir la politique américaine

Hu affirme avoir participé aux manifestations pro-démocratiques de 1989 sur la place Tiananmen à Pékin avant de devenir journaliste, même si, plus tard, ses penchants idéologiques se sont durcis pour soutenir sans réserve la ligne du parti communiste.

« Hu a défini le Global Times comme un journal qui, simultanément, fait plaisir aux dirigeants du parti et gagne le marché », a déclaré Fang Kecheng, chercheur en médias à l’Université chinoise de Hong Kong. « Sans Hu, le journal pourrait n’être qu’un journal médiocre inconnu du public. Il est la figure majeure qui a lancé le nationalisme commercial en Chine. »

Le Global Times

Depuis que Hu a pris le rôle principal en 2005, le Global Times a acquis un total de 67 millions d’adeptes sur Facebook et Twitter, aidant la propagande chinoise à atteindre un public international plus large alors que les restrictions nationales sur le débat en ligne se sont durcies.

En dehors de la Chine, les commentaires de Hu sont souvent cités par les journalistes comme des messages des décideurs de Pékin. Mais Hu est toujours ambigu quant à ses liens avec les dirigeants chinois. « Pour être honnête, je ne sais pas moi-même avec certitude dans quelle mesure je reflète la voix de l’autorité », a-t-il récemment déclaré au Guardian. Il a toutefois admis que l’édition anglaise du journal recevait des fonds du gouvernement pour sa propagande à l’étranger.

Le mois dernier, au milieu des spéculations sur l’état de santé de la star chinoise du tennis Peng Shuai, il a tweeté une vidéo disant que des sources lui avaient dit que Peng était en vie et en bonne santé. Auparavant, Peng avait écrit un long essai sur Weibo dans lequel elle avait formulé des allégations d’agression sexuelle contre un haut fonctionnaire.

En Chine, malgré ses nombreux partisans, Hu est un personnage controversé qui divise l’opinion. Ces derniers mois, il a été accusé d’avoir eu des relations extraconjugales avec deux collègues féminines. Il a nié ces allégations, affirmant dans un billet de blog qu’il était victime d’un chantage de la part de l’accusatrice, une rédactrice en chef adjointe du journal.

La rumeur court sur les blogs des médias chinois que le commentateur du People’s Daily, Fan Zhengwei, remplacerait Hu.

Previous post Les citoyens britanniques ne veulent pas d’un « Brexit permanent » avec l’UE
Next post La France va renforcer les restrictions Covid pour les voyages en provenance du Royaume-Uni touché par Omicron.
%d blogueurs aiment cette page :